Skip to content
YouTubeInstagram

La crise alimentaire s’installe et dans quelques années, nos aliments préférés ne seront peut-être plus invités à nos tables. Le changement climatique est perceptible : les conditions météorologiques, l’augmentation de la pollution et des toxines environnementales, la raréfaction de l’eau douce sont autant d’éléments qui s’attaquent à notre sécurité alimentaire. Un élément fondamental de notre existence, car la santé se construit à table, sur la base de ce que nous mangeons. La nourriture est notre carburant, elle fournit l’énergie indispensable au bon fonctionnement de l’organisme. Si nous voulons continuer à bien vivre, nous devons revoir notre alimentation et la rendre plus équilibrée.

La crise alimentaire mondiale : un système sous pression

La crise alimentaire mondiale est étroitement liée au “système alimentaire” : un monde complexe et articulé qui englobe la production, le transport, la transformation, l’emballage, le stockage, la vente au détail, la consommation, les pertes et les déchets. Selon le rapport “Changement climatique et territoire” du Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC), l’offre alimentaire par habitant a augmenté de plus de 30 % au cours des soixante dernières années.

Ce système est soumis à de fortes pressions, que l’on peut distinguer en deux macro-catégories :

  • les changements non climatiques, tels que la croissance de la population, des revenus et l’augmentation de la demande de produits d’origine animale
  •  les changements climatiques : par exemple, la hausse des températures, le changement des dynamiques hydrologiques et la fréquence accrue des événements extrêmes.

Tous ces facteurs ont un impact sur les quatre piliers de la sécurité alimentaire :

  1. a disponibilité, qui dépend des conditions d’utilisation des terres, telles que la fertilité et la régénération des sols, ainsi que des conditions de distribution, de transport et de vente.
  2. L’accès, quant à lui, fait référence à la capacité des individus à obtenir de la nourriture. Souvent, les causes de la faim et de la malnutrition ne sont pas tant liées à l’indisponibilité de la nourriture qu’à la pauvreté. Rappelons que l’accès ne se réfère pas seulement à l’autoproduction, mais aussi à l’achat de nourriture à un prix raisonnable.
  3. L’utilisation, c’est-à-dire l’aspect qui relie les caractéristiques nutritionnelles des aliments à la condition physique du consommateur, mais surtout à son éducation en la matière.
  4. La stabilité de l’accès à l’alimentation, qui est affectée par les conditions climatiques, les catastrophes naturelles, les conflits, l’instabilité des marchés, la croissance de la population mondiale, etc.

Voyons où ces changements ont le plus d’impact.

L’élevage

L’élevage des troupeaux est pratiqué par plus de 200 à 500 millions de personnes, dans plus de 75 % des pays du monde. La vulnérabilité au changement climatique est très élevée et se traduit par la réduction des pâturages et de la productivité des animaux, l’altération de la fonction de reproduction et la perte de biodiversité.

Fruits et légumes

Les fruits et légumes, éléments fondamentaux d’une alimentation saine, sont affectés par le changement climatique. Si le stress thermique accélère le développement des légumes annuels, il compromet également la qualité des produits. De plus, certaines variétés ont besoin d’une période d’accumulation de froid pour produire une récolte rentable.

Avocat

Le fruit le plus instagrammé de tous les temps risque de ne plus apparaître dans notre flux (et encore moins sur notre table. La raison ? La production d’un seul kilo d’avocat nécessite environ 200 000 litres d’eau : une demande difficilement soutenable, surtout à long terme.

Fraises, cerises, pêches, abricots et prunes

Les fruits les plus appréciés des jeunes et des moins jeunes sont également menacés d’extinction.  Leur finesse s’accommode mal de la crise climatique que nous traversons, car ils nécessitent des températures constantes pour croître et mûrir, ce qui devient de plus en plus rare. En effet, leur croissance et leur maturation nécessitent des températures constantes, ce qui est de plus en plus rare.

Céréales

Plus de la moitié de la population mondiale base une grande partie de son alimentation sur les céréales, en particulier le maïs, le riz, le blé. Les sécheresses et les inondations menacent de les faire disparaître, tout comme l’augmentation de 33 % en 2050. 

Miel

Le changement climatique et les pesticides dévorent les abeilles, qui sont désormais une espèce en voie de disparition. Le problème n’est donc pas seulement de ne plus obtenir de miel, l’un des meilleurs antibiotiques présents dans la nature, mais aussi tous les délices qui proviennent de leur travail inlassable. Les abeilles jouent en effet un rôle crucial en tant que pollinisateurs, dont dépendent environ 70 % de la production agricole mondiale.

Sirop d’érable

Le meilleur ingrédient pour sucrer les crêpes et les gaufres risque de devenir un beau souvenir. La sève spéciale de l’érable est poussée hors de l’écorce par la pression causée par le changement de température entre le jour et la nuit. Si la température moyenne au Canada devait augmenter de plus de 6 degrés, ce processus extrêmement compliqué pourrait ne plus se produire.

Le chocolat

Imaginer un monde sans cette friandise est un véritable supplice. Selon une étude du Centre international d’agriculture tropicale, d’ici le milieu du siècle, le chocolat est destiné à devenir rare, précieux et exclusif, et donc réservé à quelques chanceux. Les autres pourraient être contraints d’opter pour des produits à très faible pourcentage de cacao et enrichis de substituts tels que l’huile, le sucre et les fruits à coque. En effet, les plants de cacao ont besoin de conditions particulières pour se développer, comme une humidité de 70 à 100 %. De nombreux mois de sécheresse, de plus en plus fréquents, peuvent endommager les racines et les tiges.

Comment résoudre la crise alimentaire ?

Si vous voulez continuer à savourer ces délices, vous devrez combiner des actions du côté de l’offre, telles qu’une production, un transport et une transformation efficaces, avec des actions du côté de la demande, telles que la modification des choix alimentaires et la réduction des déchets.

C’est le seul moyen de réduire les émissions de gaz à effet de serre et d’augmenter la productivité de l’agriculture. La combinaison de ces mesures peut permettre de réduire les émissions de gaz à effet de serre et d’accroître la résilience du système alimentaire. La sécurité alimentaire est menacée par la concurrence accrue pour les terres destinées à la production agricole et par l’augmentation des prix des denrées alimentaires. Enfin, pour améliorer la nutrition, les politiques de santé publique, telles que les achats scolaires, les incitations à l’assurance maladie et les campagnes de sensibilisation, jouent également un rôle crucial dans l’amélioration de la nutrition.

Les campagnes de sensibilisation peuvent modifier la demande, réduire les coûts de santé et contribuer à diminuer les émissions de gaz à effet de serre. Comme le disait Feuerbach, “l’homme est ce qu’il mange”: en effet, la nature influence le bien-être psychophysique des humains, et nous devrions donc apprendre à ne pas être trop gourmands avec elle.

Avez-vous déjà pensé à ce que nous pourrions devenir une fois que nous aurons épuisé les stocks du garde-manger terrestre ?


Sources:

https://news.un.org/fr/story/2023/02/1132147

https://www.unicef.org/fr/communiqu%C3%A9s-de-presse/la-crise-alimentaire-mondiale-engendre-un-nouveau-cas-de-malnutrition-severe-par-minute

Devenir fournisseur

Lorem ipsum dolor sit amet

Search